Publié le Laisser un commentaire

Sur le marché immobilier brûlant de l’année dernière, ce sont les 5 principales questions des acheteurs et des vendeurs


Les acheteurs de maison de l’Ontario ont été confrontés à un défi à deux volets en 2021 : les impacts continus de COVID-19 et un marché du logement qui est resté brûlant dans toute la province.

J’ai reçu beaucoup de questions de consommateurs l’année dernière sur le marché immobilier. Voici les cinq principales questions de 2021 et un bref récapitulatif des réponses.

1. En tant qu’acheteur de maison, à quoi puis-je m’attendre lorsqu’il y a des offres concurrentes sur une maison ?

Pendant une guerre d’enchères, la maison de courtage inscripteur doit divulguer le nombre d’offres actives sur une propriété, si l’un des acheteurs est représenté par la maison de courtage inscripteur et si des offres incluent un ajustement de la commission que le vendeur paierait à la maison de courtage de l’acheteur. Ces informations contribuent à garantir des règles du jeu équitables pour tous les acheteurs.

Le vendeur peut accepter ou refuser votre offre, faire une contre-offre, ou encore donner à un ou plusieurs acheteurs l’opportunité d’« améliorer » leurs offres.

2. Nous avons participé à des offres concurrentes pour une maison et le vendeur a accepté une offre inférieure à la nôtre. Le vendeur n’est-il pas obligé d’accepter l’offre la plus élevée ?

Les vendeurs ne sont pas tenus de choisir l’offre la plus chère. D’autres facteurs peuvent influencer leur décision, tels que le montant du dépôt, la date de clôture et d’autres termes et conditions qu’ils préfèrent.

3. Quelle est la différence entre le prix de vente et le prix de vente, et pourquoi sont-ils souvent si différents ?

Dans les années passées, le prix demandé ou le prix d’inscription était généralement une estimation proche de la valeur de la maison, et le prix de vente finissait par être très proche du prix demandé.

Cependant, dans le marché actuel du logement, le prix affiché est plus souvent utilisé comme un outil de marketing pour générer de l’intérêt pour une propriété. Un vendeur a le droit légal de fixer le prix demandé au montant qu’il juge le plus approprié pour vendre sa maison. RECO ne réglemente pas les décisions des vendeurs ou des acheteurs.

4. Nous sommes des primo-accédants frustrés par le marché immobilier actuel. Quels conseils ou astuces avez-vous pour nous?

Tout d’abord, interrogez quelques agents immobiliers et choisissez celui qui comprend le mieux vos besoins.

Deuxièmement, gérez vos émotions : assurez-vous de savoir ce que vous voulez ou ce dont vous avez besoin dans une propriété et respectez ce que vous êtes prêt à payer.

Troisièmement, si vous souhaitez soumettre une offre sans aucune condition, assurez-vous que vous êtes à l’aise de prendre ce risque car il peut avoir des répercussions importantes.

Et quatrièmement, les contrats immobiliers sont des documents juridiques, vous lisez et comprenez donc tout avant de signer et obtenez des conseils juridiques.

5. Dans cette pandémie, comment puis-je me protéger en visitant les maisons ?

Les courtiers et les vendeurs doivent suivre les directives de santé publique et les protocoles de sécurité lorsqu’ils présentent une maison. De nombreuses maisons de courtage proposent des visites virtuelles pour maximiser le nombre d’acheteurs visitant une propriété, tout en limitant les visites en personne à ceux qui sont particulièrement intéressés.

En tant que vendeur, vous pouvez demander une limite du nombre de visiteurs lors de toutes les visites, insister pour qu’aucune personne présentant des symptômes ne soit autorisée à l’intérieur et également fournir des instructions spécifiques pour réduire le toucher des surfaces, entre autres protocoles.

En tant qu’acheteur potentiel, vous devez vous assurer de porter un masque et d’utiliser un désinfectant pour les mains lorsque vous entrez dans la maison.

Si vous avez une question pour Joe au sujet du processus d’achat ou de vente d’une maison, veuillez envoyer un courriel à information@reco.on.ca.

Joe Richer est registraire du Conseil immobilier de l’Ontario (RECO). Cette colonne est uniquement à des fins d’information générale et ne se veut pas un conseil juridique ou professionnel sur les transactions immobilières. Suivez RECO sur Twitter : @RECOhelps





Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *